8 erreurs à éviter quand vous lancez votre formation

8 erreurs à éviter quand vous lancez votre formation

Aujourd’hui, vous avez pris une grande décision : vous allez lancer votre propre formation en ligne. Vous êtes doué dans un domaine, alors hop ! C’est parti pour une formation là-dessus. En plus, ce type d’apprentissage a le vent en poupe sur Internet. Oui, mais… Avez-vous bien réfléchi avant de vous jeter à l’eau ? Pour vous aider dans votre projet, je vous ai listé 8 erreurs à absolument éviter.

1. Vous ne maîtrisez pas votre sujet à fond

Créer une formation est souvent le résultat de centaines et centaines d’heures de réflexion, d’étude, de lecture, d’observation autour de votre thématique.

Prenons l’exemple concret d’Inès Sivignon, rédactrice web et ma collaboratrice sur de (très) nombreux projets. Elle a fait un Master en rédaction professionnelle, a travaillé dans une agence de communication, puis elle s’est lancée comme rédactrice freelance. Elle a fini par devenir une véritable experte dans son domaine. Mais cela ne s’est pas fait en un claquement de doigts, elle a longtemps réfléchi à ce qui faisait un bon rédacteur web et aux conseils qu’elle pourrait transmettre. Et ce n’est qu’une fois sûre de la valeur qu’elle pouvait apporter qu’elle a décidé de lancer sa propre formation « Devenir rédacteur web ».

Ce n’est pas parce que vous avez lu un jour un livre sur la rédaction, ou parce que vous aimez écrire, que vous êtes légitime à votre tour à donner des cours aux autres. Croyez-vous qu’un professeur de français ou de maths est devenu enseignant juste parce qu’il aimait vaguement ces matières ?

Travaillez votre sujet, potassez-le à fond jusqu’à être capable de répondre à n’importe quelle question posée sur cette thématique. Là, vous pourrez songer à créer une formation.

Formation professeur
Erreurs à éviter formation

2. Vous ne parlez pas à l’acheteur

Alors, vous êtes très enthousiaste, vous avez trouvé votre sujet. Vous vous empressez donc de parler de votre expérience… Grave erreur ! J’ai lu de nombreuses formations, et des articles également, où l’auteur parlait de lui, de lui, et encore de lui. Mais où était l’acheteur là-dedans ? Aux abonnés absents.

Souvent, les conseils donnés dans ce cas de figure sont très subjectifs. Ce qui a marché pour vous ne fonctionnera pas forcément pour les autres. J’ai par exemple lu un livre sur comment se lancer en écriture littéraire. L’auteur y disait qu’il était essentiel de faire des fiches personnages avant de commencer n’importe quoi d’autre. Un conseil malavisé, selon moi, car à titre personnel, je sais que je déteste rédiger une fiche personnage et que ça a tendance à me bloquer. Un débutant qui prendrait ce conseil au pied de la lettre et qui serait dans le même cas de figure que moi se trouverait bien embêté, croirait que le problème vient de lui et abandonnerait.

Dans une formation, comme dans un article ou un livre pratique, bref pour tout contenu ayant pour but d’apprendre quelque chose, il faut parler au lecteur. À l’élève. Lui parler de ses problèmes, lui suggérer plusieurs solutions, le conseiller, l’aider à aller d’un point A à un point B. Et en tant que professeur, vous êtes là pour transmettre votre savoir, apporter de la valeur. Pas pour raconter votre vie dans ses moindres détails (même si les anecdotes pertinentes sont toujours très cool pour un apprentissage efficace #storytelling).

3. Vous attendez d’avoir tout bien terminé avant de vous lancer

Ça y est, vous avez commencé à rédiger et/ou tourner votre formation. Vous peaufinez les moindres détails, attendez que tout soit bien fini, bien parfait avant de faire le grand saut. Oui, mais… et si la formation ne marche pas ? Si le sujet n’intéresse pas ? S’il existe déjà une formation identique qui se vend mieux ? Vous aurez fait tout ce travail acharné pour rien.

La solution ? Le pré-lancement ! Ouvrir des préventes vous permet de tâter le terrain, de voir qui est potentiellement intéressé par votre format. C’est ce qu’a fait par exemple le youtubeur Poisson Fécond avec sa formation pour démarrer sur YouTube. Ses abonnés ont pu, pendant une période donnée, précommander la formation afin de la tester en avant-première.

Bien sûr, cette méthode n’a rien d’obligatoire, mais elle peut avoir de nombreux avantages, comme proposer une réduction aux premiers acheteurs, ou leur offrir un contenu bonus et inédit. Ce sentiment d’exclusivité et de promotion attirera certainement de nombreux intéressés.

Wait

4. Votre page de vente est bourrée de superlatifs

ACHETEZ MA SUPER FORMATION WEB, LA MEILLEURE SUR LE MARCHÉ, C’EST LA PLUS COMPLÈTE, LA PLUS GÉNIALE, LA PLUS… STOP !

Alors déjà, proscrivez la majuscule. Si elle a été très utilisée pendant un temps pour accrocher le regard, dans des posts LinkedIn par exemple, elle est aujourd’hui déconseillée. Elle donne tout de suite l’impression d’une injonction, qu’on va nous forcer à acheter quelque chose… Et ça, les prospects détestent !

Quant aux superlatifs, ils sont fortement déconseillés en marketing. Ils vont tout de suite insinuer le doute. Pourquoi avez-vous besoin de dire à quel point votre formation est géniale ? Avez-vous quelque chose à compenser ? Comme un manque de valeur ? Le chemin mental des potentiels clients est rapide et vous risquez de perdre des acheteurs.

Pour prouver le bienfondé de votre formation, misez plutôt sur des avis d’élèves l’ayant déjà suivie et qui l’approuvent. Un client sera beaucoup plus sensible aux avis de ses pairs qu’au vôtre quand il s’agira d’acheter votre produit (ici, votre formation).

5. Vous lancez votre formation sans la marketer

Ça fait six mois que vous travaillez dans le plus grand des secrets sur votre formation. Vous êtes très fier de vous, vous n’en avez parlé à personne. Aucun post sur les réseaux, aucune fuite, nada. Et le jour J arrive, vous n’avez pas tenu compte du conseil n°3 et vous lancez votre formation sur l’Internet. Les jours passent, et le compteur d’achats reste à zéro

Une formation, ce n’est pas uniquement de la création de contenu. Il ne faut en aucun cas négliger le marketing en amont, pendant et après le lancement. Pour cela, les réseaux sociaux sont vos meilleurs amis. Vous pouvez commencer à teaser votre formation par des posts. Pourquoi pas, faire un compte à rebours avant le lancement officiel ? Poser des questions et dire que la réponse se trouve dans votre formation ? Raconter les coulisses de ce que vous créez ?

N’oubliez pas que personne ne vous attend, puisque personne ne sait que vous allez lancer une formation. Et sans promotion au préalable, il y a de grandes chances pour que votre lancement soit un flop et pour que vous finissiez aux oubliettes.

Pulp Fiction Travolta

6. Votre formation n’a aucun exercice d’application

On a tous un prof qui nous a déjà dit : « La théorie c’est bien, mais la pratique, c’est mieux ». Vous non ? Dommage, mes enseignants étaient sûrement plus funs que les vôtres. Bon, j’exagère. Mais il s’agit d’un conseil vraiment utile et qui s’applique à plein d’autres domaines. Vous êtes nul en maths ? Ok, les cours, c’est bien, mais sans exercice, comment pouvez-vous vérifier que vous pouvez appliquer la formule que vous avez difficilement apprise par cœur ?

Avec une formation, c’est pareil. Vous allez donner des conseils à vos élèves, leur faire un cours « magistral », en quelque sorte. Mais pour leur donner une véritable valeur ajoutée et être sûr qu’ils quitteront la formation en ayant réellement appris quelque chose, il faut ajouter à vos leçons des exercices.

Cela peut être des QCM, des exercices de réflexion, des choses à faire dans leur vie de tous les jours… Vous êtes libre de laisser parler votre imagination et de proposer les exercices qui, selon vous, illustreront efficacement vos propos.

Et, pourquoi pas, vous pouvez envisager un suivi personnalisé de vos étudiants. C’est ce que propose Inès Sivignon, qui corrige chaque exercice que les acheteurs de sa formation lui envoient.

7. Vous bradez votre formation comme pas permis

Vous venez de passer des heures et des heures sur votre formation professionnalisante, qui comptera une dizaine de modules avec des PDF, des vidéos, des exercices, un suivi… Bref, un travail très complet et qui apporte de solides compétences. Vous fixez votre prix : à la louche, 50 euros ? (oui, j’ai déjà vu des formations soi-disant ultra-complètes à ce prix-là)

Et parfois, vous décidez sur un coup de tête de proposer une réduction : formation gratuite pendant un mois !

Bon, là, je vois deux problèmes.

Tout d’abord, vous vendez votre formation très peu chère dans l’espoir qu’on vous en achète beaucoup. C’est une possibilité, tout dépend du type de formation que vous proposez. Mais si votre formation a la prétention d’être extrêmement complète et qu’elle est très peu chère, cela risque d’interpeller vos acheteurs, et pas dans le bon sens du terme. Ils se diront potentiellement que votre prix très bas est là pour compenser une absence de qualité, ou que vos modules sont peut-être nombreux, mais très courts. Bref, cela risque plus de les inquiéter quant à votre contenu plutôt que de les allécher.

Ensuite, mettre une partie de votre formation gratuite pendant un temps, pourquoi pas. Ou, si vous avez plusieurs formations, pourquoi pas en mettre une gratuite pour encourager par la suite à acheter vos autres contenus ? L’ennui, c’est que bien souvent, les créateurs de formation mettent leur meilleur contenu gratuit et laissent ceux, plus secondaires, payants. Les clients vont être ravis de bénéficier d’un contenu gratuit et il y a peu de chances qu’ils s’intéressent au reste qui leur paraîtra moins intéressant. L’idéal est plutôt de miser sur une réduction partielle du coût, pendant un temps donné. Cela montrera par la même occasion que vous respectez votre produit et que vous ne doutez pas de sa valeur au point de le donner à qui veut.

8. Vous ne faites pas tester votre formation avant de la publier

Comme mentionné dans le conseil n°5, vous avez fait votre formation tout seul dans votre coin sans en parler à personne. Vous la lancez et là, vous grincez des dents. Les premiers retours ne sont pas très bons, on vous signale des fautes, des maladresses, des non-sens, des passages un peu flous…

De la même manière qu’un livre, votre formation doit être relue et testée par un tiers. D’abord, pour les fautes. Même le plus grand des snipers loupe des fautes dans son propre texte, car il le connaît par cœur et le lit rapidement (je parle d’expérience). Mais au-delà de cet aspect technique, il est essentiel d’avoir un retour quant à la qualité de votre contenu. Faites lire ou visionner votre formation à une ou deux personnes avant de la lancer. Choisissez bien sûr des gens en qui vous avez confiance, le but n’est pas de vous faire plagier par la suite. Il faut qu’ils terminent la lecture sans avoir la moindre zone d’ombre. Sinon, c’est qu’il faudra rectifier quelque chose.

Des suggestions extérieures peuvent également être les bienvenues, pour creuser un point qui vous paraissait évident mais qui ne l’est pas pour tout le monde. Et n’oubliez pas, ce n’est pas parce que vous demandez l’avis d’un tiers qu’il va vous voler votre mérite. La formation est la vôtre, mais l’union fait la force et il est toujours très utile de recevoir des conseils de ses pairs. C’est le rôle que j’ai tenu dans la formation « Devenir rédacteur web », que je vous recommande par ailleurs. Car en tant que lectrice-test, je dois reconnaître que cette formation est réellement efficace, et même si j’étais déjà rédactrice quand je l’ai essayée, j’ai appris de nombreuses choses.

Une fois ces difficultés évincées, vous voilà fin prêt à vous lancer dans le monde de la formation. Bon courage !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *