Stagiaire à CitizenKid : combattre mes angoisses

Stagiaire à CitizenKid : combattre mes angoisses
Cet article est purement personnel. J’y partage mon expérience de stagiaire à CitizenKid, dans le cadre de mon master de rédaction professionnelle (le LARP, pour les intimes). Quand j’ai commencé à travailler là-bas, j’avais beaucoup d’appréhensions. Pourtant, je suis ressortie grandie de ce stage qui a duré six mois. Laissez-moi vous raconter.

CitizenKid : le city-guide des familles

L’agence lyonnaise CitizenKid gère un site internet du même nom. Elle y recense des idées de sorties et d’activités à faire avec les enfants dans douze villes de France. L’audience est principalement composée de parents, en quête d’inspiration pour occuper leurs bambins.

Pour valider mon master 2, je devais trouver un stage d’au moins quatre mois. Après un premier entretien raté, j’ai postulé là-bas. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, ni quelles missions on allait me confier. Cela suscita chez moi de vives angoisses. J’avais peur de devoir travailler pendant 35 heures. Je n’avais été qu’une étudiante jusque-là. Allais-je encore trouver le temps d’écrire mes romans pendant ce stage ? De plus, je n’étais pas sûre d’aimer la rédaction. Et si toute ma carrière était remise en question ? Peut-être que mon employeur ne serait pas non plus satisfait de mon travail…

Je ne parle même pas de l’angoisse du mémoire. Trouver un sujet, raconter mon stage, problématiser… Je ne m’en croyais pas capable. Bon, l’avenir m’a prouvé que je pouvais m’en sortir pas trop mal. J’ai validé mon année avec 17/20 à mon mémoire.

Hormis cela, une autre angoisse me taraudait avant que je ne mette les pieds à CitizenKid : travailler avec et pour les enfants.

Angoisse stagiaire CitizenKid
Ça, c’est ma tête en débarquant à CitizenKid…

La foire : l’enfer des introvertis

À titre personnel, je n’ai jamais été très à l’aise avec les enfants. Je ne les déteste pas, mais je les évite autant que possible. Alors, quand mon entourage a su que j’allais effectuer mon stage à CitizenKid, tout le monde a bien rigolé. J’étais la première à trouver cela ironique, et je me demandais comment ma mission allait se passer.

J’ai vite été rassurée : j’allais principalement passer mes journées sur mon ordinateur à rédiger du contenu pour le site de l’agence. Cependant, j’ai dû travailler deux fois au contact des enfants.

Dans un premier temps, j’ai dû animer un stand avec mes collègues stagiaires dans une foire consacrée aux enfants. Pour une introvertie comme moi, c’était un véritable paradis ! Ou pas. J’ai dû interagir avec les parents, ce qui était difficile pour moi, mais également avec les enfants. Ces derniers n’arrêtaient pas d’attraper les décorations sur le stand, et je devais les réprimander. Ce ne fut pas un moment très agréable.

La deuxième fois, je suis allée dans un poney club pour réaliser un reportage pour la chaîne YouTube de CitizenKid . J’y suis allée sur la base du volontariat, pour voir comment on réalisait un reportage vidéo, et parce que j’adore les centres équestres. Là-bas, nous devions interviewer quatre petites filles de 6 à 8 ans et filmer leur cours d’équitation. Comme on m’a proposé de prendre quelques séquences, j’ai dû leur poser des questions. Je ne vous raconte pas le nombre de vents que je me suis pris. Je ne savais pas comment réagir face à leur silence, c’était un moment bien embarrassant à vivre.

Néanmoins, je pense que ces deux expériences, bien qu’ayant l’air désastreuses sur le moment, m’ont fait avancer dans ma vie personnelle. J’ai fréquenté deux enfants au cours de mes vacances d’été, et tout le monde autour de moi m’a fait remarquer mon changement d’attitude. J’étais plus à l’aise, moins sur la défensive. Au point de passer toute une soirée à jouer au loup, vous y croyez ?

Écrire pour les enfants : un challenge de taille

Hormis ces deux missions, je n’ai pas eu à fréquenter d’autres bambins lors de mon stage, ce qui n’était pas plus mal. Je passais mes journées dans l’agence CitizenKid, à rédiger des articles. J’ai cependant eu l’occasion de travailler sur deux projets commerciaux et événementiels, en dehors du site internet.

En effet, CitizenKid a décidé de lancer des produits physiques, notamment une box bricolage pour Pâques. J’ai travaillé sur le livret d’instruction. Dedans, on peut trouver des recettes de cuisine, des tutos bricolage et des jeux pour les enfants de 3 à 12 ans. Il a fallu que j’adapte mon style à des enfants si jeunes. Ne pas faire des phrases trop longues, ne pas utiliser du vocabulaire trop compliqué, mais arriver à rendre la consigne compréhensible. Ce n’était pas une mince affaire. De plus, j’ai contribué à rédiger le scénario d’un parcours ludique qui a eu lieu pour Halloween, une sorte de chasse au trésor pour les enfants. Cela se rapprochait de l’écriture littéraire, j’ai donc adoré ça.

En tant que rédactrice, j’écris pour des adultes, et en tant qu’écrivain, pour des adultes et des adolescents. Jamais encore je n’avais écrit pour des enfants. C’était un défi à la fois effrayant, mais également très intéressant. N’importe qui maniant la plume devrait savoir s’adapter à son lecteur. C’était un apprentissage très enrichissant.

Les parents et les enfants sont invités à sortir !

Mais ma mission principale a été d’écrire des articles pour les parents, à publier sur le site internet de CitizenKid. J’ai appris énormément en termes de rédaction web et de SEO. Presque tous mes contenus faisaient entre 100 et 300 mots et proposaient des idées de sorties pour les familles. Ce n’était pas une mince affaire de les rédiger. Je ne suis pas maman, je ne fais pas de baby-sitting, il est donc difficile pour moi de savoir quelle activité peut plaire ou non à un enfant. Parfois, j’ai mis en avant des événements qui, à la réflexion, n’était pas idéaux pour les petits. À l’inverse, j’ai évincé certains d’entre eux en pensant qu’ils ne plairaient pas aux enfants, alors qu’ils en avaient le potentiel.

Il est très difficile pour un rédacteur d’écrire sur des sujets qu’il ne maîtrise pas. C’est pourtant son pain quotidien, je l’ai bien compris pendant mon stage. C’est pourquoi il est important d’être curieux, de se renseigner sur tous les sujets susceptibles d’être au cœur d’un article. Et surtout, il ne faut pas hésiter à demander de l’aide à des personnes qui s’y connaissent mieux, des parents pour ce cas précis.

Le challenge le plus intéressant que j’ai eu à relever fut d’une autre nature. Il s’agissait d’un article paginé, de presque 1 000 mots. Au cours de mon stage, je n’en ai écrit qu’un seul, et je le regrette aujourd’hui. Le sujet ? Voyager avec un bébé : nos conseils pour un trajet réussi. Un exercice passionnant, mais également compliqué, et qui m’a fait peur dans un premier temps. Je ne connais rien aux bébés, je n’en ai pas. Comment pourrais-je donner des conseils à de jeunes parents sur ce sujet qui m’était jusque-là inconnu ? Il fallait que je rédige des astuces pour occuper son enfant pendant un voyage en train ou en avion, et que je détaille les démarches à faire en amont.
Voyager avec un bébé
© Adobe

J’ai alors réalisé une chose. Lorsque j’écris mes romans, je me mets dans la peau de personnages qui ne sont pas moi. Il m’est arrivé d’écrire une histoire avec un protagoniste garçon, plus vieux ou plus jeune que moi, ou ayant une personnalité totalement opposée à la mienne. À chaque fois, j’ai réussi à écrire le récit. Cette fois-ci, les choses n’étaient pas bien différentes. Je n’avais qu’à me mettre dans la peau d’une maman et réfléchir aux besoins de son bébé. J’ai su alors où chercher, j’ai écumé les blogs de parents pour rédiger une synthèse de conseils avisés.

Cet article marqua un grand tournant dans ma carrière de rédactrice. Je commençais à m’ennuyer, à tourner en rond, et ce sujet m’a réellement stimulée. J’ai su à ce moment-là que j’avais trouvé ma vocation : rédactrice web. Je ne me spécialiserai pas dans la puériculture. Même si j’ai appris beaucoup de choses sur ce sujet, j’ai envie de voir plus large. Mais je pense que cette expérience à CitizenKid m’a beaucoup apporté sur le plan personnel. Et ça tombe bien, j’ai un adorable petit neveu qui vient d’avoir un an, et je pourrai désormais le chouchouter sans me sentir mal à l’aise !



1 thought on “Stagiaire à CitizenKid : combattre mes angoisses”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *